Monthly Archives: May 2011

Activity example in Educational System

Engineering Editor: Boina Ali at Seleaninews – Seleani Comoros (www.seleani.com):Setting an example doesn’t mean of influencing child to another, it is the only inspirations mean of objective stories; about objects, about events, about people, about positive intentions and achievements. Children learn and grow up from the best story tellers who through activity keep practicing and involving children daily school by meaning of WOW! Lovely Children:

ü  By Curiosity you discovered

ü  By Confidence you challenged

ü  By Discipline you achieved

And today you grow to another class that makes your future:

A successful Generation

A Nation that needs you

A Family that loves you and

A Society that cares of you

Advertisements

L’expert: Facebook t’espionne

Seleaninews: Exclusive en Francais: Selon Julian Assange : “Facebook est une machine d’espionnage épouvantable”Le père de WikiLeaks énonce sa contre-thèse des révolutions Facebook

Le très polémique Julian Assange, créateur de WikiLeaks vient de confier à un quotidien russe sa propre théorie du complot autour de Facebook qu’il qualifie dans une interview exclusive de « la machine d’espionnage la plus épouvantable qui n’a jamais été créée »

Assange accuse Facebook, parmi d’autres entreprises de complaisance et dévoile qu’ils coopèrent activement avec les services de renseignements américains en les autorisant à espionner les citoyens.

L’homme derrière la fuite de milliers de câbles diplomatiques classés top secret dénonce le fait que les bases de données de Facebook soient hébergées aux États-Unis, « toutes à la portée des services de renseignement ».

Il « révèle » que Facebook, en plus de Google et Yahoo! ont « créé des interfaces » pour les services de renseignement et estime qu’en partageant leurs informations sur Facebook, les utilisateurs travaillent, sans le savoir, et à l’œil, pour ces agences.

D’après Assange, les noms, emplacements, relations, amis et communications de tous les utilisateurs sont entre les mains du gouvernement : « il ne s’agit pas de servir comme citation à comparaître, ils [NDLR Facebook] ont des interfaces mise au point pour l’usage des services de renseignements américains », renchérit-il.

Andrew Noyes, porte-parole de Facebook, a protesté dans une déclaration à la presse les propos d’Assange : « nous ne cédons pas à la pression, nous répondons aux procédures légales obligatoires ».

Quant aux révolutions du monde arabe, si Assange reconnait le rôle de Facebook dans la révolution égyptienne ayant conduit à l’éviction du régime Moubarek, il affirme voir dans la situation en Libye la main du gouvernement américain. Assange se range donc du côté des partisans de la théorie de l’instrumentalisation des réseaux sociaux au profit des intérêts stratégiques étrangers.

Cette interview illustre par ailleurs la détérioration de la relation d’Assange avec les médias qu’il fustige ouvertement et accuse par leurs « mensonges » d’être à l’origine de « toutes les guerres des 50 dernières années ».

Le cyberactiviste revient sur sa relation très tendue désormais avec The Guardian et le New York Times, pourtant ses partenaires médias anglophones exclusifs.
Il revient sur le livre qui s’en prend à lui et à son site, édité par les journalistes du Gardian et les « abus » du New York Times lors de la publication en exclusivité des câbles confidentiels qu’il leur a confiés.

Pour mémoire, Julien Assange vit actuellement en Angleterre et pourra être extradé en suède et jugé pour viol.

Source : Russia Today

Et vous ?

Êtes-vous de l’avis de Julian Assange ? Facebook est-il aussi complaisant d’après vous avec les services de renseignements ?

 

The Expert: Facebook is spying You

Seleaninews: Exclusive Article in french(please use our translater for reading any language you want): Selon Julian Assange : “Facebook est une machine d’espionnage épouvantable”Le père de WikiLeaks énonce sa contre-thèse des révolutions Facebook

Le très polémique Julian Assange, créateur de WikiLeaks vient de confier à un quotidien russe sa propre théorie du complot autour de Facebook qu’il qualifie dans une interview exclusive de « la machine d’espionnage la plus épouvantable qui n’a jamais été créée»Assange accuse Facebook, parmi d’autres entreprises de complaisance et dévoile qu’ils coopèrent activement avec les services de renseignements américains en les autorisant à espionner les citoyens.

L’homme derrière la fuite de milliers de câbles diplomatiques classés top secret dénonce le fait que les bases de données de Facebook soient hébergées aux États-Unis, « toutes à la portée des services de renseignement ».

Il « révèle » que Facebook, en plus de Google et Yahoo! ont « créé des interfaces » pour les services de renseignement et estime qu’en partageant leurs informations sur Facebook, les utilisateurs travaillent, sans le savoir, et à l’œil, pour ces agences.

D’après Assange, les noms, emplacements, relations, amis et communications de tous les utilisateurs sont entre les mains du gouvernement : « il ne s’agit pas de servir comme citation à comparaître, ils [NDLR Facebook] ont des interfaces mise au point pour l’usage des services de renseignements américains », renchérit-il.

Andrew Noyes, porte-parole de Facebook, a protesté dans une déclaration à la presse les propos d’Assange : « nous ne cédons pas à la pression, nous répondons aux procédures légales obligatoires ».

Quant aux révolutions du monde arabe, si Assange reconnait le rôle de Facebook dans la révolution égyptienne ayant conduit à l’éviction du régime Moubarek, il affirme voir dans la situation en Libye la main du gouvernement américain. Assange se range donc du côté des partisans de la théorie de l’instrumentalisation des réseaux sociaux au profit des intérêts stratégiques étrangers.

Cette interview illustre par ailleurs la détérioration de la relation d’Assange avec les médias qu’il fustige ouvertement et accuse par leurs « mensonges » d’être à l’origine de « toutes les guerres des 50 dernières années ».

Le cyberactiviste revient sur sa relation très tendue désormais avec The Guardian et le New York Times, pourtant ses partenaires médias anglophones exclusifs.
Il revient sur le livre qui s’en prend à lui et à son site, édité par les journalistes du Gardian et les « abus » du New York Times lors de la publication en exclusivité des câbles confidentiels qu’il leur a confiés.

Pour mémoire, Julien Assange vit actuellement en Angleterre et pourra être extradé en suède et jugé pour viol.

Source : Russia Today

Et vous ?

Êtes-vous de l’avis de Julian Assange ? Facebook est-il aussi complaisant d’après vous avec les services de renseignements ?

 

No More foolish from You Obama to Osama

Seleaninews: Nobody foolish from You Obama to Osama – In an address to the nation, Obama said he ordered the strike that allegedly killed Osama. The remainder of his speech followed the standard war on terror propaganda script.

Obama’s announcement follows the release of a highly suspicious birth certificate last week. Both events represent psychological operations that possibly portend more significant events in the days ahead as the U.S. dollar continues to lose its reserve status, the economy fails to recover as promised, and wars expand in Libya, Pakistan, and Afghanistan.

Obama’s propaganda stunt arrives as the Democrats kick off their leader’s presidential reelection bid against a number of Republicans contenders who have been highly critical of not only his perceived handling of the economy, but also his management of the manufactured war on terror.

A small team of Americans killed bin Laden in a firefight at a compound in Pakistan, the president said in a dramatic late-night statement at the White House, the Associated Press reported following Obama’s address.

Obama said the military took custody of his remains. It remains to be seen if the government will attempt to provide evidence that the remains are indeed those of Osama bin Laden.

“The fight against terror goes on, but tonight America has sent an unmistakable message: No matter how long it takes, justice will be done,” said former president Bush. In 2006, Bush admitted that capturing Osama was not a top priority.

In February, 2004, Iranian state radio claimed Osama bin Laden had been captured in Pakistan’s border region with Afghanistan “a long time ago.” Pentagon and Pakistani officials denied the report. “Osama bin Laden has been arrested a long time ago, but Bush is intending to use it for propaganda maneuvering in the presidential election,” the radio report said.

Osama bin Laden died of kidney failure soon after the September 11, 2001, attacks. In 2002, Pakistani President Pervez Musharraf said bin Laden had kidney disease, and that he had required a dialysis machine when he lived in Afghanistan. That same year, the FBI’s top counterterrorism official, Dale Watson, said, “I personally think he is probably not with us anymore.”

A Taliban leader told the Pakistan Observer on December 21, 2002, that Bin Laden was suffering from a serious lung complication and died in mid-December, in the vicinity of the Tora Bora mountains. The source claimed that bin Laden was laid to rest honorably in his last abode and his grave was made as per his Wahabi belief, according to Fox News.

Alex Jones was told live on the radio in 2002 by high-level Council on Foreign Relations members that Osama Bin Laden had died of kidney failure in early 2002.

“I have it from high level [sources] from inside the Bush administration…that bin Laden died of natural causes and that his family has given the body to the CIA, that they’re gonna roll him out right before the election, that he’s on ice right now. They will claim they killed him right before the election,” Alex said at the time.

“Jones gave a caution that the intelligence could be disinformation but claimed that his base in Austin was extremely close to the Bush administration and similar information received in the past had been credible,” Paul Joseph Watson wrote in August of 2002.

Benazir Bhutto, who was killed in a suicide attack at the end of 2007, stated that Osama bin Laden had been killed by Ahmed Omar Saeed Sheikh, a man convicted of kidnapping and killing journalist Daniel Pearl.

During the 2004 election, CNN reported that Democratic insiders had been told that George W. Bush was going to use the Bin Laden body as an ace-in-the-hole if he thought he was in danger of losing the 2004 election. This confirmed the evidence that Jones had been given by the CFR and others.

In 2003, former Secretary of State Madeleine Albright told Fox News Channel analyst Morton Kondracke she suspected Bush knew the whereabouts of Osama bin Laden and was waiting for the most politically expedient moment to announce his capture..